Bienvenue sur Mama Doesn’t Cook.


[ Version courte]

Bonjour !

Moi, c’est Aloïs, j’ai la trentaine, je suis française d’origine réunionnaise et je vis à Genève.

En 2019, je profite de mon congé maternité pour lancer mon premier projet… Qui n’a finalement jamais vu le jour.

2 ans après, je renouvelle l’expérience. Ma mission : aider les femmes à conjuguer maternité avec ambition. Etape n°1: une dose de power, de douceur et d’autodérision insufflée chaque mardi dans ton inbox.

Accompagne-moi dans l’aventure ☀️👇🏽

Et surtout préviens les copines 🙏!


[ Version longue ]

Comme je le disais au dessus, moi c’est donc Aloïs 👋

Après plusieurs années dans les métiers palpitants de la finance d'entreprise, j'ai voulu profiter de mon congé maternité pour lancer un projet que j'avais en tête depuis un moment. J'allais enfin avoir du temps pour tester et booster mon concept, tout en gardant mini-moi à la maison, cela me semblait être une idée absolument formidable, du moins lorsque j'étais enceinte.

En effet, la réalité s'est avérée bien moins glorieuse que sur le papier, et pour cause: parmi les (très) nombreuses choses que je n'avais pas anticipées avec l'arrivée de bébé, c'est que d'une, "nourrisson" et "sommeil" sont des mots antonymes, et de deux, surprise ! Un bébé demande beaucoup, beaucoup d'attention et tout autant d'énergie.

Est-il possible de mourir de fatigue?

J'étais dans un tel état d'épuisement au bout de quelques mois que j'en ai googlé la question. Si, si, vraiment. Je me suis retrouvée totalement submergée, à passer des nuits blanches interminables puisqu'au moindre réveil de ma progéniture (et ils étaient nombreux…), il m'était impossible de retrouver le sommeil. Mon esprit s'agitait dans tous les sens, à la recherche de fulgurances et de bullet points à rajouter à ma to-do déjà bien étoffée. J'avais trop à faire, trop à penser, que ce soit pour mon projet ou mon bébé, ce dont résultait la désagréable sensation constante d'avoir "la tête dans le brouillard".

Le tout se terminait en autoflagellation pour l'entrepreneure et mère désastreuse que j'étais. C'est simple: lorsque je m'occupais de ma fille, je me disais que je gaspillais du temps à consacrer à mon projet, et lorsque je travaillais, je culpabilisais de ne pas m'occuper de ma fille. Un cercle vicieux dont je n'arrivais pas à me défaire et qui me paralysait, me rendant totalement inefficace.

Bébé == start-up?

L'entrepreneuriat et la maternité ont finalement de nombreuses choses en commun : la charge mentale, la remise en question continue, le manque de sommeil, la surconsommation d'énergie, la solitude.

Aparté: futures mamans ou futures entrepreneures, ne fuyez pas ! De parts et d'autres, il y a évidemment AUSSI des aspects très cool, hein 😅

Bref, pour dresser le bilan et vous la faire courte: mon projet a fini mort-né, j'étais totalement déprimée, frustrée et je culpabilisais de ne pas avoir été consciemment présente lors des premiers mois de vie de ma fille.

J'ai fini par parler de mes états d'âme à mes amies et je me suis peu à peu rendue compte que tous mes pensées négatives menant à l'auto-sabotage n'étaient pas dues à ma seule folie personnelle mais étaient communs à beaucoup d'autres…

Nous serions finalement nombreuses à nous sentir seules, coupables et frustrées !

Spoiler: la superwoman n'existe pas.

De là, ma quête a alors commencé. Je me suis dit qu'il existait forcément des femmes qui ont eu des enfants et ont réussi à mener avec succès une carrière et/ou aventure entrepreneuriale ? J'avais le besoin urgent de rencontrer mes paires pour savoir comment elles géraient tous ces sentiments, comment elles s'organisaient concrètement. Et de partager leurs trucs et astuces pour atteindre le fameux 'work-life balance' auquel on aspire toutes (et tous !).

C'est comme ça que le projet "Mama Doesnt' Cook" est né. Pour le moment, ça prend la forme d’une newsletter mais plein de projets vont arriver !

Donc n’hésite pas à partager à toutes celles qui en auraient besoin & surtout inscris-toi pour ne rien rater 👇🏽

Car finalement peu importe sa forme, la mission de MDC restera identique : aider les femmes qui ont des enfants à assumer et à réaliser leurs ambitions. Vous inspirer à faire des grandes choses. Ou même des petites (pour commencer). Peu importe, à FAIRE. Vous déculpabiliser. Vous aider. Vous faire progresser. En somme, vous transmettre les outils et toutes les bonnes vibes nécessaires vous permettant d'allier vos ambitions et votre vie de maman.

Alors, je n'ai pas dit que ça serait facile tous les jours. Mais qu'on se le dise, même les Beyoncé ou autre Shery Sandberg ne sont pas étrangères à l'envie de débrancher leur cerveau et de se passer des journées entières sous la couette avec Netflix et un pot de Ben&Jerrys pour seule compagnie.

Mais vous avez porté (au moins) un enfant, l.es avez mis au monde et l.es éduquez. Sérieusement, que n'êtes-vous pas capable de faire après ça?

A toutes, je vous souhaite de l'audace, de l'impertinence, de l'ambition, de la détermination, de l'inspiration, et tout plein d'amour ❤️

Love & boldness,

Aloïs